Bâtissons le premier Fonds éthique de consommateurs. Un Fonds militant, un Fonds activiste qui ne se contentera pas des petits pas.

Bientôt une association de consommateurs engagés ?

Cela va dépendre de notre audience et du taux de réactivité des inscrits à notre site. Nous nous sommes fixés la barre des 5000 inscriptions. Pour celles et ceux qui voudront participer à ses prises de décision, pour celles et ceux qui voudront apporter leur qualités de rédaction et/ou d’organisation, ce sera l’occasion de se signaler. À nous de savoir comment se connecter. Visio, tél, rencontres physique….le brainstorming peut déjà commencer.
Nous proposons un modèle économique basé sur le 100 % gratuit. Sacré défi.

Nous voulons nous introduire au plus profond d’une banque déjà existante pour en modifier son ADN via un label que nous allons « installer » selon un plan spécifique. Même chose pour d’autres grand groupes industriels. De façon tout à fait légal ! Sans haine, sans violence, sans pavés, sans manifestations de rue.

Pour collecter nos fonds de démarrage, l’idée est de négocier aux enchères notre fidélité. Une action groupée donc. Nous nous engageons à changer ou à rester auprès des lauréats devenus partenaires officiels (Banque, assurance, mutuelles, télécom…).

Il existe déjà des opérations groupées ; ou achats groupés… le but de ces opérations est de faire baisser les tarifs ou abonnements. Nous voulons faire beaucoup mieux en empruntant un autre chemin. Nous allons demander du cash pour financer la construction d’un nouveau marché sorti de nulle part. Un marché fait PAR et POUR les citoyens. Un marché qui deviendra incontournable pour les multinationales qui vont devoir accepter un label si elles veulent le pénétrer ainsi que notre présence dominante à leurs conseils d’administration.
Elles devront en outre accepter des conditions commerciales et financières spécifiques.
Au-delà de la nécessité de bénéficier de communicants comme des personnalités honorables pour parrainer l’opération et nous faire connaître ; La question que nous devons tous nous poser est : Comment créer un mouvement de consommateurs suffisamment important pour atteindre des niveaux d’enchères à la hauteur des enjeux ? On est sur l’échelle du million de participants. C’est pas rien. Il faut du costaud pour prétendre à une telle échelle.

Ces appels d’offres se dérouleront sur une période donnée. Plus il y aura de monde et plus la valorisation atteindra des sommets.
Si nous sommes en dessous de l’échelle de participation, nos enchères seront médiocres et du coup, peu attractives. Ce sera l’échec.

Pour attirer du monde, au-delà du cercle des convaincus, et franchir l’échelle de participation, il nous faudra une proposition de valeur exceptionnelle.

Quelle est cette proposition de valeur ?
Notre Fonds éthique de consommateurs aura pour premier objectif de prendre le contrôle d’un groupe de distribution avant d’en changer son ADN. Ce groupe de distribution acquis, aura à charge de verser une prime mensuelle de 200 € (à minima), sous forme de bons d’achat, à toutes celles et ceux qui auront participé aux appels d’offre. Valable sur une période à définir (5 ans ?). Cette prime ne doit pas être confondue avec la monétisation classique du pouvoir de décision du consommateur.
Les citoyens qui se joindront au nouveau cercle, après les appels d’offres, devront se contenter de la monétisation « classique »de leur pouvoir de décision; Sans la prime donc.

Le groupe de distribution une fois sous la coupe du consommateur ne sera plus un centre de profit indépendant. Idem pour la banque. Nous voulons « nationaliser » (métaphore) ces deux entités que sont la banque et un groupe de distribution pour qu’elles concentrent leurs efforts à financer la monétisation du pouvoir de décision du consommateur.

Les fournisseurs de notre groupe de distribution seront tenus d’adopter nos partenaires officiels lauréats de nos appels d’offres. Ils auront les meilleures conditions imaginables en échange d’une participation à l’effort de guerre. Dit autrement, ils vont économiser au niveau de notre banque et nous reverser une part de ces économies. Plus nous intégrerons de sous-traitants (d’un fournisseur donné) et plus nous collecterons des économies réalisées par ces derniers.